Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

* CHEMIN SCABREUX

 "Le chemin est un peu scabreux

    quoiqu'il paraisse assez beau" 

                                        Voltaire 

VISITEURS

compteur

Publié par VERICUETOS

 

Julian Rodriguez nous  présente un extrait des poésies du recueil Erotica del destierro, publié récemment. Il débute dans la poésie avec un naturel qui permet d’imprégner ses poémes avec la perception des ses cinq sens !

 

Julian Rodriguez1

                                                                                                 Julián Rodriguez

Soledades

 

Anclado

en la nave de mi bañera inmóvil

el agua tibia y redentora

se mueve en ondulaciones simétricas

 

Observo

el techo invadido de colonias de moho

las contemplo mientras colonizan la pieza

a ritmo milimétrico e imperceptible

  

Ningún grano de moho está solo

ningún hongo es condenado a vivir solo

ninguna planta está sola

ninguna bacteria vive sola

ningún protozoario come en la mesa solo

ningún insecto hace el amor solo

y ninguna rata bebe sola

  

Sólo el hombre está solo

aunque viva en manadas

o hacinado en colmenas humanas

 

Sólo el hombre

se siente insoportablemente solo

 

 

Solitudes

 

Ancré

dans le navire de ma baignoire immobile

l’eau tiède et salvatrice

bouge en ondulations symétriques

 

J’observe

le plafond envahi de colonies de moisissures

je les contemple pendant qu’elles colonisent la pièce

à rythme millimétrique et imperceptible

 

Aucun point de moisissure n’est seul

aucun champignon n’est condamné à vivre seul

aucune plante n’est seule

aucune bactérie ne vit seule

aucun protozoaire ne mange seul à table

aucun insecte ne fait l’amour seul

et aucun rat ne boit seul

 

Seulement l’homme est seul

même s’il vit en troupeaux

ou confiné dans des ruches humaines

 

Seul l’homme

se sent insupportablement seul

 

Cósmica

 

Necesidad orgánica

contracción visceral

escuchar tus ojos gimiendo

contemplar tus labios mirándome

 

Sentir tu piel

oler tus poros

atarte el cabello con mis dedos

mientras emprendes

tu viaje planetario

 

Te observo

te espero

inclinado en tu pelvis

 

Agonizas dichosa

en tu orgasmo cósmico

 

Te observo....

te espero

cósmica

deliciosa

  Cosmique


Nécessité organique

contraction viscérale

écouter tes yeux en gémissant

contempler tes lèvres qui me regardent

 

Sentir ta peau

respirer tes pores

amarrer tes cheveux avec mes doigts

pendant que tu entreprends

ton voyage planétaire

 

Je t’observe

je t’attends

incliné sur tes hanches

 

Tu agonises accomplie

dans ton orgasme cosmique

 

Je t’observe

je t’attends

cosmique et délicieuse

 

Errancia

  

Solo en mi destierro interminable

errante en tu piel

en tus ojos

anclado en tu pubis

en tu torso

 

Busco asilo

refugio

en el umbral de la noche

y pasaporte

en tus labios

 

Húmeda y grandiosa

das sosiego

a este cuerpo errante

 

Errance

 

Seul dans mon exil incessant

errant dans ta peau

sur tes lèvres

ancré dans ton pubis

dans ton torse

 

Je cherche asile

refuge

dans le seuil de la nuit

et passeport sur tes lèvres

 

Humide et grandiose

tu apaises

ce corps errant

 

 Julian Rodriguez3

Fruta fresca

 

El tuyo es más pequeño que una aceituna

frambuesa rosada

uva dulce

  

Órgano diminuto

no apareces en ningún tratado de anatomía

polizón

clandestino de ese cuerpo

ignorado

anónimo

 

Eres minúsculo pero tienes alas

haces volar

 

Para que un pie

una oreja/una nariz/un ojo?

 

Jamás un pulmón

un intestino

una nariz/un pie/un ojo

han hecho volar

 

Sólo tú haces volar frutilla deliciosa

 

Fruit exquis

 

Le tien est plus petit qu’une olive

framboise rose

raisin sucré

 

Organe minuscule

tu n’apparais dans aucun traité d’anatomie

polisson

clandestin dans ce corps

ignoré

anonyme

 

Tu es minuscule mais tu as des ailes

tu fais voler

 

A quoi bon un pied

une oreille/un nez/un œil

 

Jamais un poumon

un intestin

un nez/un pied/un œil

n’a fait voler

 

Toi seul sais faire voler

petit fruit délicieux

 

Coito- Primer acto

 

Mi piel se escurre en la tuya

nos entrelazamos

como los hilos de una cuerda

girando en el vacío

en nuestra danza sagrada

 

Comprimiéndonos

nos amarramos

y no cesamos

y si transpiramos

es para ser más ligeros

para llevarnos

en nuestro vuelo inagotado

donde muero

renazco

y germino

en la humedad de tus poros

 

Coït- Premier acte

 

Ma peau coule dans la tienne

nous nous enlaçons

comme les fils d’une corde

en tournant dans le vide

dans notre danse sacrée

 

Nous nous étreignons

nous nous amarrons l’un à l’autre

et ne cessons

et nous ne  transpirons

que pour être plus légers

pour nous emmener

dans notre vol inépuisable

où je meurs

puis renais

et germe

dans l’humidité de tes pores

 

Coito- Segundo acto

 

 Mordisqueo tu frutilla fresca

los suspiros

se vuelven nuestro lenguaje

estás grandiosa

enorme

épica

 

Me besas

con tus labios mayores y menores

y de repente la cama se vuelve una nube

donde flotamos

y nos dejamos caer al vacío

y desaparecemos

saboreando intactos

la mejor de las muertes breves

 

Coït-Second acte

 

Je mordille ton petit fruit frais

les soupirs

deviennent notre langage

tu es grandiose

énorme

épique

 

Tu m’embrasses

avec tes lèvres inférieures et supérieures

et soudain le lit se transforme en nuage

où nous flottons

et nous nous laissons tomber dans le vide

et nous disparaissons

en savourant intacts

la meilleure des petites morts

 

 Julian Rodriguez2

 

 

Commenter cet article

massage 17/06/2014 18:26

Une poésieérotique qui est tout simplement extraordinairement à fleur de peau. C'est magnifique !